ISSN 1831-5380
Plan du site | Avis juridique | Cookies | FAQ | Contact | Imprimer la page

Annexe B Utilisation de l’italique

L’italique est principalement utilisé pour la mise en évidence (voir point 5.8).

Sont également composés en caractères italiques dans un texte en romain (et, à l’inverse, en romain dans un texte en italique):

les préfaces, postfaces, avis d’éditeur et, d’une manière générale, les parties d’un ouvrage qui ne sont pas de la main de l’auteur;
les dédicaces placées en tête d’un ouvrage ou d’un chapitre;
les fonctions et qualités du signataire d’un document;
les titres d’ouvrages français et étrangers, qu’ils soient littéraires, artistiques, scientifiques ou juridiques; les journaux, revues, magazines, périodiques et autres publications similaires quand leur nom est cité en entier:
Le Monde, le Times, la revue Hommes et mondes, le Journal officiel de l’Union européenne
NB:
Lorsqu’on cite conjointement le titre d’un article et le titre de la revue, du recueil, etc., dans lequel cet article est publié, le titre de l’article reste en romain entre guillemets, le titre de l’ouvrage se mettant en italique (voir point 5.5.4).
un certain nombre de locutions françaises employées hors texte dans une fonction documentaire:
suite, fin, à reporter, à suivre
le nom propre des navires, des aéronefs, etc.:
la fusée Ariane
le nom de toutes les œuvres d’art en général (peintures, sculptures, etc.):
la Descente de croix, de Rubens
dans les travaux scientifiques, les lettres représentant les variables:
l’année de référence n
les mots étrangers employés dans le texte français:
c’était un outlaw

NB:
Dans les textes de l’Union européenne, certains mots étrangers n’ayant pas de traduction propre restent en caractères romains:
attorney, Bundesamt, Land, Länder, solicitor
les appellations scientifiques latines (sauf les abréviations latines telles que «sp.», «spp.», etc.):
Glossina palpalis
L. sativa spp.
la numérotation latine (voir liste ci-après);
traditionnellement, quelques locutions et mots latins:
dixit
nota bene
NB
sic

Locutions et mots latins et étrangers à composer en romain

Hormis quelques exceptions d’usage indiquées ci-avant, la plupart des locutions et mots latins et étrangers sont à composer en caractères romains pour éviter une pléthore d’italiques dans les documents, notamment dans les textes juridiques. Ci-dessous, à titre d’exemples, une liste (non exhaustive) des locutions et termes les plus courants.

addenda, addendum/s (1)

ad hoc

ad honores

ad libitum

ad litem

ad litteram

ad patres

ad referendum

ad valorem

a fortiori

alias

alter ego

ante meridiem

antidumping

a posteriori

a priori

à quia

bona fide

 

 

casus belli

Codex alimentarius
(organisation commune
à la FAO et à l’OMS)

commodo et incommodo

confer (cf.)

copyright

corrigendum/s

curriculum/s (vitæ)

cursus

de auditu

de cujus

de facto

de jure

de visu

delineavit

delirium tremens

desiderata (masc. pl. seulement)

dumping

duplex

duplicata

ego

emporium/a

erga omnes

errata, erratum/s (2)

ex abrupto

ex æquo

ex ante

ex cathedra

ex grata

ex nihilo

ex post

ex tempore

exeat

exequatur

exit

ex-libris

extra-muros

grosso modo

 

 

habeas corpus

hic et nunc

holding/s

honoris causa

ibidem

idem

illico

impedimenta (masc. pl.)

in abstracto

in concreto

in corpore

in extenso

in extremis

in fine

in limine

in memoriam

in situ

in vitro

in vivo

in-folio (adj. et nom masc. inv.)

in-octavo (adj. et nom masc. inv.)

in-plano (adj. et nom masc. inv.)

in-quarto (adj. et nom masc. inv.)

infra

ipso facto

inter alia

jure et facto

 

 

Land/Länder

largo sensu

lato sensu

loc. cit.

manu militari

maximum/s (*)

mea culpa

minimum/s (*)

minus habens

modus vivendi

mordicus

mutatis mutandis

nec plus ultra

ne varietur

no man’s land

numerus clausus

offshore

op. cit.

optimum/s (*)

opus

passim

pensum/s

per capita

persona grata

post meridiem

post mortem

post nuptias

post-scriptum

prima facie

primo

pro forma

prorata

pro rata temporis

quantum satis (q.s.)

quarto

quinto

quitus

quorum/s

ratio/s

 

 

secundo

sine die

sine qua non

sp./spp.

ssp./sspp.

statu quo

stricto sensu

subito

sui generis

supra

tertio

triplicata

 

ultimo

ultra-petita

 

vacuum

vade-mecum

veto/s

via

vice versa

vox populi

NB:
Les termes et abréviations utilisés pour les références (cf., ibidem, idem, loc. cit., op. cit., infra, supra) sont aussi composés en caractères romains.
Les formes au pluriel sont mentionnées à chaque fois. Dans les autres cas, les locutions et termes sont invariables.
En taxinomie, les abréviations indiquant les espèces et sous-espèces (sp., spp., ssp., sspp.) ne s’écrivent jamais en italique.

Numérotation latine à composer en italique

bis (2)

ter (3)

quater (4)

quinquies (5)

sexies (6)

septies (7)

octies (8)

nonies (9)

decies (10)

undecies (11)

duodecies (12)

terdecies (13)

quaterdecies (14)

quindecies (15)

sexdecies (16)

septdecies (17)

octodecies (18)

novodecies (19)

vicies (20)

unvicies (21)

duovicies (22)

tervicies (23)

quatervicies (24)

quinvicies (25), etc.

(*)
À ne pas employer comme adjectif (utiliser les formes francisées «maximal», «minimal» et «optimal»).
(1)
Ne pas confondre un addenda et un addendum: un addenda est un ajout inséré à la fin d’un ouvrage; un addendum, dans la terminologie de l’Union européenne, est un document complémentaire antérieur à l’adoption d’un acte.
(2)
Ne pas confondre un errata et un erratum: un errata est une liste des fautes (erratums) dans l’impression d’un ouvrage; un erratum est une faute d’impression répertoriée dans l’errata.
Dernière mise à jour: 14.3.2019
Haut de la page
Page précédentePage suivante